Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 00:20

 

baby trogne 1La forêt de Bercé est cultivée comme un jardin...

 

Baby trogne 2Divisée en parcelles bien délimitées, elle offre au promeneur un visage sans-cesse renouvelé. cette année, nombre de parcelles avoisinant ma ferme ont changé de physionomie. Le chemin que je prends chaque semaine pour promener Glinka (ma chienne, si, si) a subit une coupe rase, et j'imagine (j'espère?) que les grosses souches laissées avec régularité au pied de la nouvelle clôture vont donner de belles trognes bien tordues dans quelques années.

 

 

 

géants abattusDans la forêt, le long des chemins, sont couchés des géants au coeur desquels on trouve de drôles de rêves: Est-ce un violon en gestation que ce vieux hêtre espérait cacher au milieu de son tronc, jaloux des érables flammés, des épicéas sacrés qui font rêver les luthiers?

P1000619

 

Reflets dans l'eau

 

 

 

 

 

Dans les flaques devenues mares au cours de cet hiver immensément pluvieux, les reflets de la forêt semblent plonger de l'autre côté de la terre, tout luisants d'une nouvelle et rare lumière. Ils attendent un nouveau Debussy.

 

baby frogs

 

 

 

 

En y regardant de plus près, ils cachent des grappes de vie, prêtes à éclater en dizaines de tétards fretillants qui feront le régal d'un oiseau peut-être... ou peut-être pas...

 

 

 

 

 

Pour l'heure, j'attends encore le chant des crapauds et des grenouilles , le soir, qui montera des mares environnantes...

 

(prochain concert du quatuor à Saint-Jean d'Assé, le 12 mai 2013)

Repost 0
Published by Le quatuor de Bercé - dans divagations
commenter cet article
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 00:48

04112010.jpgRentrée... Nous voici de nouveau sur les routes, mon break et moi.Nous redécouvrons qu'il existe une vie avant 9h du matin! Lui piaffe derrière les camions et les gros tracteurs de septembre, moi, je m'attendris au croisement de grappes frémissantes d'élèves aux abords des arrêts de car scolaires. Je sens bien qu'il est tout agité et voudrait sans cesse dépasser le 90 fatal... Euh lâ mon châr! Retiens tes ardeurs, il nous reste un an pour récupérer les points que tu nous as fait perdre l'an dernier! Je sais bien qu'on ne devrait pas demander aux jeunes de penser à la retraite, mais 112 000 km, c'est le début de la maturité! Et pense à tes vieux jours: on va avoir besoin de toi un bout de temps; Pepette la Xantia se fait vieille avec ses 310 000 km...

Repost 0
Published by Le quatuor de Bercé - dans divagations
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 23:15

Cat.JPG Nous faisons des gammes... Ré majeur et mineur pour le moment puisque ce sont les tonalités de nos deux quatuors... À l'octave, deux par deux ou toutes ensemble, à l'unisson entre les violons, avec un bourdon de ré au violoncelle. C'est assez édifiant...

 

Je m'aperçois qu'à 10 ou 15 ans près, nous n'avons pas reçu le même enseignement. "De mon temps" (mon Dieu!!) on avait plutôt tendance à mettre en valeur la capacité des instruments à cordes à jouer "harmonique": 1/2 tons chromatiques plus larges que les 1/2 tons diatoniques, tierces majeures lumineuses s'opposant quand on le jugeait opportun aux sombres tierces mineures, quartes augmentées s'étendant vers la quinte, quintes diminuées attirées vers la quartes... On s'arrangeait de tout cela lorsqu'on jouait avec piano qui est comme chacun sait "bien tempéré", et cela créait des tensions parfois douloureuse, parfois chatoyantes (musicalement comme humainement d'ailleurs!)

 

Sarah.JPG

 

Pour moi qui ai passé les premières années de mon apprentissage accompagnée par maman au piano, c'était plutôt perturbant et j'ai mis très longtemps à accepter que do dièse n'est pas ré bémol...Yvane.JPG

 

Puis, Est-ce par opposition au développement de la musique baroque (la musique d'avant le tempérament), est-ce par capillarité avec les musiques contemporaines qui font appel à l'électro-acoustique, aux synthétiseurs et autres instruments numériques, il est devenu de mise de jouer aussi parfaitement tempéré que possible.


En poussant un peu la provocation, on peut se demander, comme on se pose la question à propos de l'orthographe des sms, si cela a encore un sens de faire la différence entre si dièse et do naturel...


La justesse tempérée gomme les tensions. Tout est beau dans le monde des bisounours, tout est parfaitement calibré dans le monde des managements et des ordinateurs. Les fruits sont propres et ont des formes parfaites et la musique est juste.

Juste... quel drôle de mot... On demande à la justice d'aplanir la douleur et à la justesse de lisser les tensions.


Nous faisons des gammes et nous apprenons à nous... entendre. Nous cherchons quelque chose qui donne un son au quatuor, sans nous renier.

 


Gene.jpg


Quadrature du cercle pour une rondeur du Quatuor...

 

Repost 0
Published by Le quatuor de Bercé - dans divagations
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 01:07

En route pour mes cours du samedi...

Clic, le bouton "on" de ma radio; ça tombe bien, pensé-je en jaugeant ma vitesse à l'approche du méchant radar de l'entrée d'Ecommoy, elle est déjà sur France Musique...


Précipitée dans une hallucination sonore... Mais qu'est-ce que c'est que cette interprétation du concerto de Liszt? Mais qui ose?!

Lucifer envahit ma voiture, orchestrant une marche infernale et guerrière: La Guerre des étoiles dirigée par un "Joker" hilare et grimaçant, une immense et chatoyante armée qui subjugue un peuple docile et amoureux... Pendant qu'un poête rêveur et désespéré semble se souvenir d'un temps de douceur et d'amour...


Les contrastes sont stupéfiant, d'une violence inouïe. Il y a du Berlioz (bien-sûr...) et déjà du Chostakovitch.


Il faut que j'entende cela dans de bonnes conditions: n'est-ce pas l'appauvrissement harmonique de mon autoradio mêlée au puissant moteur de mon AX 1994 qui permet cette barbarie?


Qui ose? Je penche pour un enregistrement moderne, car c'est un concerto qu'on entendait beaucoup autrefois et je n'ai pas souvenance d'une interprétation aussi foudroyante. Les tutti guerriers sont à la fois lourds et violents comme des haches de guerre, presque sans phrasé. Tous les temps sont scandés, il n'y a plus de direction, juste un bruit de bottes qui résonne au rythme des percussions envahissantes.

C'est prodigieux et terrible, cela révèle une musique visionnaire.

Le piano est comme un bateau soulevé par une mer en folie, il est comme un miroir éblouissant qui fait briller le sommet des sons, il est incandescant...


Arrive la réponse, et je suis à la fois honteuse et abasourdie... C'est loin d'être moderne (ça n'est pas non plus antédiluvien!)

Il s'agit de France Clidat avec l'Orchestre de la Radio TeleLuxembourg dirigé par Pierre Cao...

Que nous reste-t-il de cette liberté? Que nous reste-t-il de cette capacité à transmettre l'indiscible horreur sans être inaudible? Que nous reste-t-il de cette distance qui autorise l'éblouissement des séductions diaboliques pour mieux les dénoncer?


 Il me faut cet enregistrement.

Repost 0
Published by Le quatuor de Bercé - dans divagations
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 00:46

Enfin la pluie arrive, depuis qu'on nous la promet...

En rentrant du concert de l'orchestre, ce soir, j'ai manqué d'écraser au moins vingt grenouilles, vingt "Mam'zelle Zouzou" qui venaient se chauffer le ventre sur le bitume chaud et mouillé! En arrivant à la maison, un gros crapeau faisait la même chose sur une ardoise, au bord de la mare.


Cardes





C'est que tout mon petit monde vert commençait à trouver que l'été avait commencé bien tôt, cette année...






Libellulelibellule 2

 

 

Bien sûr, tout le monde ne se plaignait pas: ainsi les libellules goûtaient sans modération ce feu solaire en virevoltant sur la mare...



ombre.gif

Bien sûr aussi, il m'est plus facile de travailler à l'ombre que sous un parapluie...

Repost 0
Published by Le quatuor de Bercé - dans divagations
commenter cet article
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 19:58

C'est vrai, Pourquoi Bercé?


D'abord c'est joli comme nom... Je cherche encore son éthymologie... Est-ce en rapport avec la "berce spondyle", cette grande ombellifère qu'on trouve un peu partout, qui aime l'humidité, la forêt, et qui a un aspect un peu... préhistorique dans son énormité? Il y a quelques années, à la faveur d'une nouvelle vie que rythmaient, en  d'intermittentes villégiatures, des balades en montagne, j'ai retrouvé les joies enfantines que procure l'élaboration d'un herbier. La berce n'est pas de taille à rentrer dans la petite presse que je m'étais fabriquée mais c'est, avec le "laurier de saint-Antoine", une des premières plantes dont j'ai découvert et retenu le nom.

J'habite au bord de la Forêt de Bercé. Au bout de cinq minutes de marche, le promeneur entre dans un monde d'arbres où se côtoient, chacun à sa place, taillis touffus, pépinières en devenir, futaies hautes et... très hautes. Les grands vieux chênes culminent à 45 mètres, certains ont vu la révolution...

 janvier 2009

La forêt de Bercé est très habitée. Chevreuils, cerfs, sangliers, mais aussi renards, fouines et belettes, ainsi qu'une très nombreuse et variée gent volatile se partagent un domaine formidablement divers du fait d'une exploitation raisonnée et séculaire.


 

On peut voir tout ce monde en cliquant sur ce lien http://photibus.over-blog.com/ .














Bon, Pas d'érable, de sapin, d'ébène, ni de de pernambouc dans la forêt de Bercé... Pourtant j'aime à voir tout ce bois vivant, craquant, épais, feuillu, rugueux, habité, sans cesse en transformation, et regarder mon violon, que j'ai appelé Sylvestre il y a près de vingt ans, si lisse, si brillant, si léger, si protégé... J'aime imaginer 150 ans de sa vie et 150 ans de la vie de la forêt...


C.P
Repost 0
Published by Le quatuor de Bercé - dans divagations
commenter cet article