Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 16:13

affiche Borodine allonnes

J'ai trouvé chez les parents une version des quatuors de Mozart dédiés à Haydn par le quatuor Mélos.

J'ai cru l'écouter en toute objectivité, elle m'a rassuré par sa stabilité, la souple franchise des attaques, ses lignes bien dessinées, ses voix bien réparties, son discours opératique, son refus de toute hâte...

Dans le même temps, mon oreille de début du XXIe siècle fut un peu en manque d'élans, de fusion, de tendresse dans les attaques, de variété dans les couleurs.

À présent, je m'en repais dans la voiture, guettant chaque voix, chaque phrase, chaque groupe d'instruments faisant corps pour répondre ou accompagner. je suis ravie par cette remise en question d'évidences peu à peu installées dans une oreille complaisante.

 

Allez, avouons-le: c'est la version que je connaissais il y a vingt ans... Elle n'a pas quitté la discothèque des parents. Ce sont donc des retrouvailles... Il y a quelquechose d'à la fois revigorant et inquiétant à se retrouver ainsi, à confronter cette oreille mûrie et mon souvenir diaphane, comme de redécouvrir un vieux papier peint qu'on n'aurait pas vu depuis des années. Est-ce beau? Est-ce que j'aime?

Il faudra bien un peu faire confiance à cette oreille qui a certes suivi les modes, mais jamais sans critique. L'eau a passé sous les ponts, je dois pouvoir garder l'essence et adapter un peu la forme...

 

Il n'empêche, je veux retenir cette obstination à ne pas chercher à plaire, à ne pas chercher à retenir l'attention par des artifices surprenants, des élans irrestibles, des phrasés délicieux... il faut de la séduction sans affeterie, de l'émotion mais pas de sensiblerie, de la dynamique sans étourdissement, de l'expression, mais pas d'emphase...

Et du temps, du temps...

 

primheure 6 fevBientôt notre premier concert... Le samedi 26 février à l'église Saint-Martin d'Allonnes (72). La pression monte. Nous avons une sorte de répétition générale en participant aux "Prim'Heures" de Jupilles, ce moment d'échange avec un public curieux: deux heures de répétition publique où nous espérons construire quelques mouvements de notre programme sous les yeux de ceux que cela peut intéresser. La circulation est alors libre, même si elle doit rester discrète. Puis une demi-heure de concert, où nous enchaînerons 3 ou 4 mouvements du programme, pas forcément ceux que nous aurons répétés...

 

Nous tentons pour le moment une nouvelle disposition, qui, sans être rare, n'est pas celle qui nous était familière: le violoncelle et l'alto ont permuté, ce qui met les basses au coeur du quatuor, l'alto face au premier. Pour Yvane, c'est assez destabilisant, d'autant que son instrument se retrouve sonnant vers l'intérieur du quatuor au lieu d'être dirigé vers le public... Pour moi, c'est extrêmement confortable, car j'ai l'impression physique de pouvoir converser avec tout le monde... À suivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Le quatuor de Bercé - dans Humeur
commenter cet article

commentaires