Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 22:56

10042011 002

 

Le 16 avril à 20h30, dans la Grande Chapelle de la Prévoyance à Ruillé sur Loir (72) et le 17 à 17h, à l'Eglise Saint-Aldric au mans... Nous replongeons dans les 7 dernières paroles du Christ en Croix de Haydn. je ne me lasse pas de cette écriture prodigieuse, de cette variété dans l'expression de de l'humanisme, de la foi, de cette prodigalité dans les références musicales les2 arbres plus diverses. Par exemple, la dernière fois que nous l'avons travaillée, la proximité de l'écriture et partant, de l'expression, de la 6e parole (Consumatum est) avec celles du duo d'Adam et Ève de la Création m'est apparu évidente.


Je me trouve enfin dans cette situation mystérieuse et enviable que décrivent les grands interprètes dont nous buvons les paroles et les écrits: plus je travaille cette oeuvre, plus je la connais, et plus j'y découvre de recoins insoupçonnés, de références à la fois secrètes et éclatantes...

 

Nous avons décidé de dédier le concert de Saint-Aldric au japon, et de reverser notre recette à la Croix Rouge. Je ne sais pas très bien comment faire... nous aurons des pièces et des billets... j'ai écrit à la Croix Rouge par Internet, mais ils ne m'ont pas répondu. S'il le faut, je mettrai tout sur mon compte et leur ferai un virement...

 

L'oeuvre se termine par... un tremblement de terre. D'habitude, je trouve que la pièce est franchement saisissante, mais là, il nous faudra bien de la conviction pour soutenir la vision qui s'impose à nous tous de la catastrophe japonaise... Lorsque nous l'avons filé, ce matin, nous y avons mis une telle ardeur, une telle pression, que j'ai cru m'être déclenché un de ces vertiges redoutés qui m'affigent parfois pendant des jours... je me suis massé les cervicales pendant plusieurs minutes avant d'être rassurée!

 

 Faut-il que je prévois un texte d'introduction?


 

Chemin du bélierDans ce travail, nous sentons les bénéfices des recherches que nous avons faites dans notre premier programme: plus d'écoute, souvent l'évidence d'un jeu commun, une  plus grande circulation dans les responsabilités... Nous avons repris notre placement traditionel.

 

bien sûr nous continuons de nous arracher les cheveux, souvent, sur des problèmes de justesse qui nous paraissent insolubles. je réalise qu'en effet mon sentiment de justesse était presqu'exclusiment lié à la mélodie, à l'expressivité de la mélodie, que pour le reste (l'intégration dans la polyphonie), j'essayais de "coller" à mon voisinage, trop habituée à composer avec la justesse pianistique. Il y a aussi cette justesse harmonique, qui fait qu'un accord "sonne", et qui est tellement difficile à réaliser dans l'enchaînement des polyphonies. j'ai la conviction qu'il faut jongler entre ces deux justesses dont la conciliation peut faire l'objet de débats difficiles à trancher...

 

10042011

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le quatuor de Bercé - dans La vie du quatuor
commenter cet article

commentaires