Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 12:28

programme Flée automne

 

 

L'association "Les Amis de Sainte-Cécile" organisent tout l'été des concert à la Chapelle Sainte-Cécile de Flée (72500). C'est dans ce cadre ravissant que nous donnerons notre nouveau programme de sonate:

 

- 1ère sonate en fa mineur de Brahms pour alto et piano

- 2e sonate en la majeur de Beethoven pour violon et piano

 

Duo sans peur...A pas peur! Nous attaquer sans vergogne à ces deux montagnes de la musique en sonate... Mais chacune de nous avait déjà joué l'une des deux oeuvres auparavant et en gardait le désir de la rejouer. Dont acte.

 

La sonate de Brahms est originellement écrite pour clarinette et piano. Les notes de la partie d'alto sont parfois un peu changées par rapport à celles de la clarinette, principalement des octaviations, mais parfois aussi quelques réalisations différentes.

 

Les deux sonates de Brahms, pour moi, c'est un peu comme les Suites pour violoncelle de Bach, une espèce de pays interdit, désespérément attirant. J'avais essayé les suites au violon, dans la transcription de Fernand Gabez, quand j'étais ado. Piètre imitation: les Suites requièrent le grave, le rauque de cordes longues, le rebondi moelleux d'un archet lourd sur une corde épaisse, le gras d'accords arpégés et sonores, tous raffinements rustiques dont le violon moderne est incapable, avec ses courtes cordes, fines et hyper tendues sur sa petite caisse au son clair...

 

Pour préparer ce programme, je "m'astreins" donc au travail quotidien (mais alterné) d'une Suite pour violoncelle avant de m'engager dans Brahms et d'une Partita pour violon avant de surfer sur Beethoven... Et chaque fois (vraiment chaque fois...) que je commence la partita, après l'inévitable gamme en la majeur - tonalité de la sonate - je pense à mon professeur, Jean-Pierre Sabouret, qui disait faire tous les matins une-gamme-un-Bach-un-Paganini quasi au saut du lit, afin d'être prêt à tout - et en effet, tout arrive, lorsqu'on est soliste à l'Opéra de Paris et second violon d'un quatuor réputé!

 

La sonate de Beethoven est encore assez Mozartienne. La tragédie n'y a point de place, elle est tout en gaieté et en tendresse, légère, bondissante mais sans virtuosité ostentatoire. Le piano et le violon s'entretiennent joyeusement, comme deux compères qui répètent sans se lasser les plaisanteries de l'un et de l'autre. Muß es sein 2Le mouvement central, sommet de tendresse frisant la nostalgie, me fait cependant penser au début du dernier mouvement du 16e quatuor à corde, dans lequel Beethoven exprime la question "Le faut-il?" et sa réponse "il le faut" (Muß es sein? es muß sein!). Muß es sein 1Bien sûr, il n'y a pas, dans l'andante de la sonate, l'angoisse poignante des trois notes nues de l'introduction, néanmoins, on trouve déjà cette désespérante quinte diminuée, redoublée même dans le thème de la sonate, quoiqu'enrobée dans les plis frissonants d'une gamme qui hésite. À dire vrai, la gamme sera reprise aussi dans le quatuor, avec un effet de vue troublée, entre le premier violon et l'alto, plus tranchante, cependant, dans l'épure de son énoncé. Ce qu'on retrouve aussi, c'est le dessin de la forme interrogative de la phrase mélodique ascendante, une sorte de sinusoïde, reproduite dans le quatuor par l'enchaînement du violoncelle, du premier violon et du 2e violon. Mais encore une fois, j'entends dans l'Andante plus de nostalgie que d'angoisse, plus de tendresse que de dépit, plus d'abandon que de résignation... Les nuances sont subtiles et c'est une vraie gageure de prétendre les faire entendre en frottant juste une poignée de crins  sur quatre cordes tendues sur une caisse en bois!

 

Bon... On n'est pas obligé d'éplucher toute la musique de chambre de Beethoven pour prendre son pied dans cet andante extaordinaire... Mais enfin, il y a tout de même là dedans un science de l'écriture prodigieuse et elle n'est pas étrangère au puissant pouvoir émotionnel de ce mouvement...

 

Rendez-vous le 30 août...

Partager cet article

Repost 0
Published by Le quatuor de Bercé - dans annonces
commenter cet article

commentaires