Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 13:29

Q. Bercé couleur

 

C'est le 12 mai prochain que le quatuor donnera son concert avec flûte.

Nous ouvrirons le programme avec une "Sonate a quatre" de Telemann pour flûte, deux violes de gambe et basse continue.

Les violes de gambe seront remplacées par des altos, dont je tiendrai la partie la plus aigüe. C'est une pièce amusante, assez vituose. Dans les mouvements rapides (1 et 3), les parties de flûte et de violes se donnent la réplique dans une course assez agitée, renversant à loisir les motifs mélodiques pour donner tantôt des effets de miroir, tantôt des effet de hoquets ou de joutes oratoires. Le mouvement central (Andante), est a contrario plutôt recueilli, puisant aux sources de la musique vocale religieuse ses effets de frottements harmoniques, de tuilage mélodique, sur une basse continue à la Bach.

 

3 des 6 Épigraphes antiques de Debussy fermeront la première partie du concert.

 

 

À partir de la musique de scène pour deux flûtes, deux harpes et célesta composée en 1900 pour accompagner la diction, sur scène, des « Chansons de Bilitis » de son ami le poète Pierre Louÿs (partition qu’il ne faut pas confondre avec les trois mélodies qui portent le même titre), Debussy publia en 1915 les « Six Épigraphes antiques pour piano à quatre mains » (ainsi qu’une version à deux mains). L’arrangement que nous proposons ici a été fait par Bernard Chapron  et publié en 1997. Il redonne à la flûte sa fonction mélodique initiale telle que Debussy l’a utilisée dans sa musique de scène, sans toutefois lui donner le rôle de premier plan systématique, qui aurait cantonné les instruments à cordes au rôle d’accompagnement.

 

Il faut chanter un chant pastoral, invoquer

Pan, dieu du vent d'été. Je garde mon

troupeau et Sélénis le sien, à l'ombre ronde

d'un olivier qui tremble.

 

Deux pièces de Fauré arrangées pour notre formation ouvriront la deuxième partie: Clair de Lune et Sicilienne.

Pour le plaisir, voici les très romanesques paroles de "Clair de Lune" de Verlaine:

 

 

Votre âme est un paysage choisi

Que vont charmant masques et bergamasques,

Jouant du luth et dansant et quasi

Tristes sous leurs déguisements fantasques.

 

Tout en chantant sur le mode mineur

L’amour vainqueur et la vie opportune,

Ils n’ont pas l’air de croire à leur bonheur

Et leur chanson se mêle au clair de lune,

 

Au calme clair de lune triste et beau,

Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres

Et sangloter d’extase les jets d’eau,

Les grands jets d’eau sveltes parmi les marbres.

 

Sangloter d'extase les jets d'eau! ça, c'est tout de même une sacré trouvaille! Outre les extraits littéraires incontournables du "Lagardémichard", c'est Léo Ferré qui a gravé dans ma mémoire autant que dans mon inconscient l'amour de quelques-uns des plus beaux poèmes de Verlaine et de Rimbault.

 

 

Pour finir, un garand classique de la musique de chambre pour flûte: Quatuor pour flûte et cordes en ré majeur Kv285 de Mozart

 

Mozart s’est ouvert plusieurs fois du peu d’intérêt qu’il portait à la flûte (« …vous savez que je répugne à écrire pour un instrument que je ne puis souffrir »). On peut s’interroger en constatant que c’est l’instrument magique qu’il donne à Tamino pour séduire Pamina, dresser les bêtes sauvages et exprimer son désarroi… Mais on peut aussi s’émerveiller du savoir faire du compositeur, qui donne quelques-unes des plus belles répliques orchestrales (21e et 23e concertos pour piano en particulier…) à cet instrument qu’il semble abhorrer… Le quatuor ici présenté fait partie de ces joyaux, par son adagio d’une pureté expressive exceptionnelle, enchâssé entre deux mouvements parfaitement équilibrés, élégants sans affectation, où l’on retrouve, justement, l’écriture des grands airs d’Opéra.


Partager cet article

Repost 0
Published by Le quatuor de Bercé - dans commentaires d'oeuvres
commenter cet article

commentaires