Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 00:45

qb concert

 

Aborder Chostakovitch... Je ne l'aurais pas osé si ma collègue et amie Delphine, altiste et prof au collège de Bercé, ne nous l'avait proposé afin de participer à un projet avec ses élèves de troisième pour leur épreuve d'histoire des arts au brevet...

 

C'est ainsi que nous nous sommes retrouvées à présenter le quatuor à cordes au cours de deux séances d'une heure, devant toutes les classes de troisième du collège. J'avais pris le parti de ne pas axer cette présentation sur Chostakovitch (les élèves de l'autre prof n'avaient pas le même programme) mais de nous considérer comme un document sonore à ajouter à leurs généralités musicales. Je voulais leur faire écouter les "ficelles" du quatuor.

 

En lien avec cette présentation, la ville de Château du Loir nous avait engagées pour un concert au cours duquel nous devions jouer les trois premiers mouvements du 8e quatuor de Chostakovitch, et pour lequel les élèves du lycée et du collège avaient des tarifs imbattables. Sur les 6 ou 8 classes présentes lors de la présentation, seuls 15 élèves étaient présents au concert, le lundi soir.

 

 

Présentation du quatuor à cordes aux élèves de 3e du collège de Bercé

deux groupes, 10h à 10h55 , 11h à 11h55

 

 

• a) : Présentation de nos 8 instruments (±5mn)

 

Il y a une grande variété de timbres et de technique entre tous les violons et tous les archets.

Les dates de fabrication des violons couramment utilisés peuvent aller du début du 19e siècle à… l’année dernière !

                  -Présentation par chacune de ses instruments.

 

• b) : Présentation de l’écriture pour quatuor à cordes (±25 mn)

 

L’ensemble de violes s’épanouit en Angleterre au début du 17e siècle, réunissant en général deux dessus, deux tailles (ou ténors) une basse et une contrebasse (ou violone). Héritage de cette formation, la tradition du quatuor à cordes commence réellement un siècle plus tard, avec Haydn puis Mozart, qui se réclame son héritier, se poursuit avec Beethoven qui lui rendra hommage, puis Schubert et Brahms, avant d’étendre ses ramifications jusqu’à nos jours, en passant par Darius Milhaud (18 quatuors), Bartok (6), et bien sûr, Chostakovitch (15) puis Boucourechliev (Archipel II) et Betsy Jolas. Cette formation exigeante pour les interprètes comme pour les compositeurs a souvent servi de laboratoire d’expression musicale. Plénitude de l’ambitus, homogénéité de timbres, innombrables possibilités expressives et techniques, en font un outil musical presque parfait.

 

Extraits musicaux tirés de :

- F.J. Haydn, les 7 dernières paroles du Christ en Croix (1785)

- W.A. Mozart Quatuor K421 (1783)

- A. Borodine, Quatuor n°2 (1881)

- D. Chostakovitch, Quatuor n°8 op 110 (1960)

 

Ambitus : Utilisation des registres 

 

         Plénitude de l’ambitus : enchaînement des registres :

                  &                           Borodine 3e, m 85 à 96 

                  &                           Borodine, 4e, lettre F à 43 

          Contraste

                  &                           Borodine, 3e , m 19 à 31 

                  &                           Chostakovitch, 3e , m 37 à   

         variation d’expression : reprendre un thème dans deux registres différents

                  &                           Chostakovitch 1er , chiffre 2 et m 87 à chiffre 8 

                  &                           Borodine, 3e, m 1 à

         Intensification : doubler, tripler, quadrupler à l’octave

                  &                           Haydn sonate 1, début (en simple puis à deux) et H (idem) 

                  &                           Mozart trio sans reprise (alto violon) 

                  &                           Haydn, quat 81, 3 premières mesures

                  &                           Haydn, Terremoto B jusqu’à so

         expressivité : contre emploi des registres, excès des timbres

                  &                           Chosta, 3e, chiffre 44

                  &                           Chosta, 2e chiffre 21seulement violons

 

Théâtralité de l’écriture pour musique de chambre : les instruments ont des rôles

 

« (…) Les musiciens du quatuor doivent s’entretenir comme on le ferait dans un cercle d’amis, de faits qui ont une véritable importance. Rien de plus." Ainsi Biedrich Smetana parlait-il de son quatuor n°1 en 1884. Et en effet, tous les codes d’écriture de la musique de chambre hérités du « concerto » dans lequel les voix conversent, se répondent ou s’accompagnent, visent à organiser de manière équilibrée ces moments de conversation, d’expression soliste ou simultanée.

 

         L’un parle, les autre l’accompagnent, et souvent concluent ou commentent :

         &                           Mozart 1er mvt, début. (thème seul et conclusion du trio, batteries seules, tutti)

         &                           Mozart 4e mvt variation de l’alto 

         Duo, deux voix conversent les autres accompagnent, commentent ou plantent un décor :

         &                           Borodine 3e mvt lettre E à F (d’abord le « décor », puis le duo, puis tutti)

         Trio, les voix se tuilent et se répondent :

                           &                           Borodine 1er mvt lettre F à double barr

         Quatuor, les voix deux par deux:

                           &                           Haydn quatuor 81, lettre C à C’ 

Les voix se tuilent et s’enchaînent, fabriquant une tresse de sons ou renforçant l’effet du thème :

                           &                           Haydn quatuor 81, m 4 à lettre A 

                           &                           Haydn quatuor 79, lettre A à m 24

                  Chacun pour soi, les protagonistes sont chacun dans un coin de la scène

                           &                           Mozart 4e mvt variation du second violon 

                           &                           Chosta, 3e ,levée m 17 à m 4

                  Tous ensemble pour un effet de masse, avec un thème qui surnage

                           &                           Chosta, 2e chiffre 3

                  Tous ensemble pour un effet de masse, l’union fait la force

                           &                           Haydn Terremoto en entier 

 Les séances au collège avaient eu lieu avant les vacances de printemps et le concert les suivait: nous pensions avoir ainsi du temps (tant dans les "faits" que dans la tête) pour préparer ce lourd programme: une partie du Mozart, un partie du Chosta et Borodine en entier. Las! Le temps n'obéit pas à nos souhaits! Maine et Ouest 19 mai 11Et c'est assez tendues que nous sommes arrivées au concert, dans une petite salle parfaite pour le théâtre, mais vraiment un peu sèche pour la musique. Le son ne paraissait pas laid à la répétition, mais il fallait s'en laisser convaincre pour oser jouer tout en ne forçant pas...

 

Je m'étais fait offrir une version du quatuor par les Prazak, et décidément, cela me paraissait bien sage... En les écoutant, je n'avais guère d'information sur des choix d'interprétation. La révélation m'a été apportée par Yvane, qui nous a fait écouter... les "Borodine" des années 70... Encore un prodige... Pour moi, une version définitive...

 

Ce concert nous a donné envie de jouer le quatuor en entier.

 

pour l'heure, nous prenons un peu de repos de nous-mêmes, en réflechissant au prochain programme... Brahms?

 

Solo de Borodine

Partager cet article

Repost 0
Published by Le quatuor de Bercé - dans La vie du quatuor
commenter cet article

commentaires