Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 23:35

Le soutien scolaire a la faveur des autorités du moment. Quelle est la dose du politiquement correct dans cette affaire? Qui oserait se plaindre de l'interêt apparement porté à ceux qu'on appelle dorénavant les "élèves-en-difficulté"?

La dernière idée, qui essaie de faire tâche d'huile en Sarthe, c'est de prendre trois quarts d'heure sur chaque jour et de les réunir le mercredi matin pour une matinée supplémentaire en primaire. Les "pas en difficulté" sortiraient à 15h45, les "en-difficulté" seraient soutenus par du personnel communal après cette heure.

Nul ne semble s'inquiéter de ce que la plupart des parents des "pas en difficulté" n'ayant pas le loisir de changer leurs horaires de travail,  ces enfants resteront à l'école tout aussi longtemps qu'en terminant les cours à  16h30, ce qui fait qu'ils passeront donc trois heures de plus à l'école, donc trois heures de moins à la maison.

Pour les enseignements artistiques et sportifs tels qu'ils sont donnés en France, c'est à dire de manière extra-scolaire, c'est une catastrophe. Le mercredi matin en moins sans horaire en plus dans la semaine, cela va rendre impossible l'organisation de ces enseignements. Les enfants auront moins de temps pour s'entraîner et nous savons combien leur "entraînement" est déjà minimaliste!

Mais le plus grave, c'est qu'on sait, de manière scientifiquement prouvée, historiquement et sociologiquement relatée, que les pratiques artistiques et sportives régulières et exigeantes contribuent de manière exponentielle non seulement à l'épanouissement des enfants, mais à leur réussite scolaire et sociale. Quand cessera-t-on d'opposer les apprentissages soit-disant fondamentaux aux apprentissages artistiques et sportifs? On voit fleurir partout sur les panneaux de bus, de tram et de metro ces affiches ridicules pour une grande boîte de soutien scolaire, qui met en scène, par exemple, un garçon qui joue de la guitare électrique, avec cette légende "et s'il était aussi doué en math?". Et alors!?

Seuls continueront à pouvoir profiter de ces enseignements extra-scolaires les plus doués (les "sans difficultés" qui sortiront plus tôt, les enfants dont le travail est efficace en tout), les plus aidés (nounou,
parent ou grand-parent présents venant les chercher à l'école). Les autres n'auront plus que l'école comme horizon.

Empêcher les moins favorisés d'accéder à la culture en les forçant à rester plus de temps à l'école, il fallait y penser...

Partager cet article

Repost 0
Published by Le quatuor de Bercé - dans Enseignement
commenter cet article

commentaires

Bernard 01/05/2009 08:06

Bonjour,
C'est une réflexion très intéressante. 0n ne peut pas opposer une tête bien faite à une tête bien pleine. Les deux vont de pair, bien entendu et les activités musicales, artistiques et sportives doivent trouver toute leur place dans l'emploi du temps des élèves. On ne doit pas non plus réduire ces formations au profit d'enseignements jugés plus nobles ou plus utiles comme le soutien scolaire très tendance aujourd'hui. L'enjeu se situe ailleurs selon moi en maîtrisant ces activités chronophages que sont devenues la Tv, les jeux vidéos, ... il faut un peu de bon sens et relever le niveau d'exigence, en somme ! Bon 1er Mai. Bernard